Le héros, Oberman, est un jeune homme en proie à un profond mal de vivre : à vingt ans, désenchanté de tout, il est consumé par un incurable ennui. Il quitte précipitamment Paris pour la Suisse et découvre la « beauté sublime » de la montagne. A la recherche d'un absolu que le monde d'ici-bas ne peut lui offrir, Oberman, « l'homme des hauteurs » (telle est la signification de son nom), entre en quelque sorte en extase sur les cimes des hautes montagnes, seul, « dans l'immobilité silencieuse ». Un sentiment de paix et d'éternité l'envahit. Lorsqu'il redescend dans la vallée, il retrouve « la longue chaîne des sollicitudes et des ennuis ». Rappelé à Paris pour affaires, il se rend dans la forêt de Fontainebleau qui l'a tant enchanté dans son enfance, mais cette terre de plaine n'a plus le pouvoir de le satisfaire désormais. Six années ont passé et Oberman n'a toujours rien fait, ne se décidant à choisir ni un état, ni une femme, ni un lieu pour vivre, ne sachant que vouloir. A quoi d'ailleurs cela lui servirait-il ? La mort qui anéantit toute chose rend tout effort stérile et inutile... Le livre touche à sa fin : Oberman retourne en Suisse après avoir reçu un héritage. Il s'installe à Imenstrom, lieu , imaginaire réunissant les bienfaits de la montagne et de la plaine. Il y goûtera un certain bien-être, dans un confort rustique, vivant au rythme de la nature. Il prend la résolution d'écrire. Son ami d'enfance viendra le rejoindre et partagera sa solitude.

 

OBERMAN (1804)

Lord Byron a écrit un texte pour "La vallée d'Oberman et l'Eglogue :

Could I embody and embosom now

that which is most within me,

could I wreak

my thougts upon expression

and thus throw

soul, heart, mind, passions, feelings,

strong or weak

all that I would have sought

and all I seek

bear, know, feel und yet breath

into one word

and that one word were lightning,

I would speak;

But as it is, I live and die unheard

with a most voiceless thought

Sheathing it as a sword.

 

 

 

Eglogue

The morn is up again, the dewy morn,

with breath all incense, and with cheeks all blosm,

laughing the clouds away with playful scorn

and living as if earth contained no tomb

 

image du fond : orchidée en Corse Serapia Soc

return to repertory